Chronique : CASTLE – Under Siege

Under Siege

  • États-Unis / Mai 2014 / 8 titres / 33:48
  • Label : Ván (Europe) et Prosthetic (reste du monde)
  • Genre : heavy metal occulte
  • Format :  vinyle standard LP
  • Autres formats disponibles : CD digipack, téléchargement (sites habituels)

– Salut!

– Yo! Dis donc, t’as reçu quoi dernièrement parce que j’en ai marre de m’exploser la tronche avec du black et du death.

– Euh… J’sais pas j’ai du post-drone ou du slowcore si tu veux.

– Hop hop hop! Non mais du metal quand même, faut pas déconner! Tu veux pas que j’m’habille en rose non plus?!? Espèce de hipster. Et pas de ces saloperies qui passent sur Le Mouv’ s’te plaît.

– T’es chiant. Mais au moins t’es pas radin. Tu t’rappelles de Smokin’ Joey, mon vieux client biker qui porte une veste à patches même qu’en la voyant tu m’as dit tiens y a pas que du ZZ Top, y a aussi des trucs evil?

– Le ricain là? Ah ouais c’est un vrai lui!

– Carrément. Ben il m’a fait découvrir un truc de San Francisco qui va t’détendre. C’est pas très réputé metal là-bas mais y a toujours quelques groupes un peu atypiques. Y avait Ludicra, y a toujours Cormorant. Primus j’ten parle même pas.

– San Francisco c’est branchouille. Tu m’inquiètes.

Soudain les forces occultes se réveillèrent puis s’échappèrent du lointain château

– Ouais mais là primo ça s’appelle Castle, deuzio c’est du heavy traditionnel sans fioritures : cuir clous et belle crinière comme la tienne. Tertio j’ai leur dernier album en stock. Les deux premiers étaient déjà très bons, p’tit côté stoner mais main’ant c’est plus dynamique et mélodique. J’te garantis ça joue. Ça a p’t-être perdu d’son mystère mais c’est foutrement efficace avec des morceaux pas trop l…

– T’es en train d’me refourguer ta rondelle invendable originalité zéro. En fait.

– Arrête j’vais appeler Smokin’ Joey pour qu’il t’en colle une. Je reprends. C’qui m’botte c’est qu’c’est intemporel, pas du tout guerrier Musclor ringard tu vois. Le son est genre old school mais propre. Grosse culture metal dans l’bouzin. Ça part sur du tempo British New Wave avec guitares jumelles et tout, après t’as du Black Sab avec même les gimmicks d’Ozzy, ça s’enflamme speed metal quand ça veut, ça tape dans l’occulte comme Mercyful Fate, flirte avec le thrash mais fréquente surtout le doom. Ça va jusqu’à deux-trois refrains doom lyrique l’affaire. Tiens j’te mets « Temple Of The Lost » pour qu’tu piges. D’ailleurs elle a bien progressé la chanteuse!

– Ah c’est une nana qui chante?!?!

– Putain j’avais oublié l’argument ultime. Pourtant j’te connais. Elle s’appelle Elizabeth mais tu peux l’appeler Liz. Sobre pour du heavy mais sa voix chaude saura t’ensorceler.

– Aller, avant qu’tu m’dises que son mec c’est le gratteux : je prends!

___7/10___                    

Artwork et textes : « The Golden Thread » est la toile qui fait office de pochette. Son auteur est le russe Denis Forkas Kostromitin (probablement influencé par Goya), déjà auteur de l’artwork de Blacklands, plus connu pour The Satanist du groupe Behemoth. Les paroles figurent sur une sous-pochette pour que chacun puisse embrasser les forces des ténèbres.

Cet article, publié dans Chroniques Nouveautés Musique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Chronique : CASTLE – Under Siege

  1. Merci pour la découverte, pas forcément mon style de prédilection mais puisque c’est une chanteuse ça m’intéresse, et l’extrait est bien sympa !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s